Allergie piqûre moustique : comment réagir ?

En été et au cours des périodes pluvieuses de l’année, les moustiques constituent un véritable fléau pour les vacanciers et les touristes. Leur piqûre cause de sérieuses démangeaisons et surtout pour ceux qui y sont allergiques. Comment y remédier ? Pour anticiper leurs effets pendant les prochaines vacances, retrouvez ici quelques informations qui vous seront utiles.

Allergie piqûre moustique : comment réagir ?

Piqûre moustique allergie : les différents effets

Lorsque l’une de ces bestioles vous attaque, elle enfonce ses stylets dans la veinule de votre peau, puis elle injecte de la salive afin d’empêcher la coagulation du sang dans sa trompe. Ensuite, elle aspire une quantité suffisante de sang (entre 5 et 10 ml) avant de s’envoler. Après cette piqûre, le corps réagit à la présence de la salive laissée par l’insecte en envoyant des mastocytes. Ces dernières serviront à détecter le corps étranger et à l’anéantir. Une fois la substance trouvée, elles explosent à son contact et libèrent de l’histamine dans l’organisme. Ceci provoque alors des rougeurs et des démangeaisons, preuves d’allergie moustique. Et ce n’est pas fini. D’autres agents immunitaires apparaissent à leur tour et provoquent un bouton rouge au niveau de la piqûre du moustique. Vous remarquerez un gonflement sur votre peau, qui peut s’infecter si vous tentez de le percer. Même si les médecins et pharmaciens recommandent de ne pas le gratter, la tâche paraît plus difficile dans la réalité. Comment expliquer alors la réaction du corps ?

Pour interpréter tout stimulus extérieur, la peau dispose de capteurs reliés à des fibres sensitives. Celles-ci se chargent de transmettre au cerveau les effets produits par une brûlure, une coupure ou un pincement. En recevant l’alerte, le cerveau génère une sensation de démangeaison pour signaler le danger à l’individu. Quand vous vous grattez, le cerveau reçoit l’information et les démangeaisons disparaissent dans les secondes qui suivent. Mais elles peuvent revenir si les effets de la salive du moustique n’ont pas complètement été neutralisés. Dans certains cas, plus ça gratte, plus on se gratte.

Piqûre de moustique allergie : les personnes à risque

Contrairement aux rumeurs et aux idées véhiculées dans certaines cultures, les moustiques ne ciblent pas les individus disposant d’une grande quantité de sucre dans le sang. Quant à la réaction du corps, toutes les personnes ne ressentent pas des démangeaisons. En effet, leur organisme ne considère pas la salive du moustique comme une substance nocive et il ne perçoit donc pas l’effet de la piqûre de moustique qui enfle. Selon certaines études, des éléments extérieurs au corps de l’homme peuvent expliquer l’attirance des insectes. Ainsi, la nourriture, la quantité de sueur, l’usage d’un parfum ou une composition bactérienne particulière de la peau peuvent exposer davantage certaines personnes à l’attaque des moustiques. Voici les plus atteintes :

  • Les individus avec une grande quantité de bactéries ;
  • Les corps regorgeant de bactéries qui émettent des composés volatils (Leptotrichia, Delfiaet Actinobacteria) ;
  • Les femmes enceintes à cause de la forte sécrétion d’hormones.

Piqûre de moustique qui gonfle et chauffe : comment se soigner ?

Pour atténuer l’effet des piqûres des moustiques et limiter les démangeaisons, vous pouvez essayer de différentes recettes très efficaces. D’ailleurs, vous trouverez ici quelques astuces qui ne manqueront pas de vous être utiles. Voici donc les produits à utiliser :

  • Le plantain : il représente un antihistaminique naturel et vous pouvez vous en servir pour neutraliser et soulager les douleurs des piqûres de moustique, d’abeilles, de frelons, des guêpes, etc. Pour l’appliquer, malaxez quelques feuilles dans vos mains pour obtenir du suc, puis passez-le sur la partie de la peau touchée.
  • L’huile essentielle de lavande : très utilisée pour calmer les effets d’une piqûre, c’est un anti-inflammatoire qui possède des vertus apaisantes.
  • L’Api Mellifica : employé en homéopathie, il permet de réduire la piqûre moustique gonflement et d’apaiser la démangeaison.
  • Le vinaigre : issu de la fermentation du vin ou du cidre, il renferme un acide acétique et des composés (potassium, magnésium, phosphore, fibres…) qui permettent de désinfecter les écorchures et de soulager les démangeaisons d’une piqûre.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *