Arthrose symptômes : quels diagnostics ?

Connaissez-vous la maladie dégénérative des articulations ? Eh bien ! Il s’agit de l’arthrose. C’est la forme d’arthrite la plus courante au monde. Caractérisée par des douleurs au niveau des articulations, elle atteint chaque personne différemment. C’est une maladie qui apparait souvent avec l’âge. Beaucoup la considèrent d’ailleurs comme une fatalité liée au vieillissement. Elle a la capacité de s’étendre à toutes les structures de l’articulation (synoviale et os). De nos jours, de plus en plus d’individus sont touchés par cette affection dont les symptômes ne permettent plus de vivre une vie normale. Découvrons ensemble ces symptômes et quelques méthodes de traitement.

Arthrose symptômes : quels diagnostics ?

L’arthrose : c’est quoi ?

Encore appelée ostéoarthrite, l’arthrose est une atrophie du cartilage des articulations sans infection ni inflammation particulière. Le cartilage est un tissu conjonctif qui recouvre les articulations et assure un bon glissement lors des différents mouvements. En outre, il assure la protection des extrémités osseuses des articulations. Cette dégénérescence du cartilage est également associée à la prolifération osseuse ou la formation de kystes dans les os. L’arthrose peut affecter toutes les articulations du corps, mais les articulations les plus touchées sont celles des hanches, des genoux, des doigts et de la colonne vertébrale. Généralement, on est confronté à cette affection à partir de 45 ans, mais il est possible que d’autres personnes en souffrent plus tôt. Selon les sondages, l’arthrose de la colonne vertébrale (la plus fréquente) survient dans la tranche d’âge 65-75 ans et affecte 70 à 75 % des personnes de cette catégorie. L’arthrose des doigts se traduit par des déformations irréversibles et touche 60 % de cette population. Viennent enfin l’arthrose des genoux qui affecte 30 % de cette tranche d’âge et l’arthrose de la hanche (coxarthrose) qui en touche 10 %.

Les symptômes de l’ostéoarthrite

L’arthrose est liée principalement à notre hygiène de vie, mais l’impact environnemental n’est pas aussi négligeable. Les symptômes de cette maladie des articulations varient en fonction de l’articulation infectée. Mais en général, elle se caractérise par une douleur mécanique due aux mouvements et des raideurs. Voici ci-dessus les principaux signes :

  • Des douleurs dans l’articulation concernée surtout quand elle est mobilisée. Elles augmentent avec les mouvements (par exemple quand le malade descend ou monte les escaliers), et cessent lorsqu’on est au repos.
  • Des réveils nocturnes et un épanchement articulaire à cause des douleurs.
  • Si la maladie est à un stade avancé, la mobilité peut être complètement limitée.
  • Une sensibilité de l’articulation lorsqu’une légère pression s’applique.
  • Une raideur de l’articulation, surtout au réveil ou après une période d’immobilité.
  • L’articulation perd de manière progressive sa flexibilité.
  • Les changements de température peuvent provoquer une sensation d’inconfort dans l’articulation.
  • Des « craquements », surtout quand le malade souffre de l’arthrose du genou (gonarthrose).
  • La formation de petites excroissances osseuses (ostéophytes) à l’articulation.
  • On note de l’inflammation (rougeur, douleur et gonflement de l’articulation) même si c’est rare.

Comment traiter l’arthrose ?

Plusieurs méthodes peuvent être adoptées pour soigner l’arthrose. Il y a des solutions non médicamenteuses et des traitements médicamenteux.

Solutions non médicamenteuses de l’ostéoarthrite

Elles permettent d’arrêter le développement de la maladie :

  • Suivre un régime pour éviter la prise du poids ;
  • Effectuer régulièrement des activités physiques d’intensité modérée ;
  • Éviter de soulever ou de porter des charges lourdes ;
  • Porter des semelles orthopédiques ;
  • Porter des genouillères, et si possible se doter d’une canne de marche

Traitements médicamenteux

Les traitements médicamenteux sont les suivants :

  • L’acétaminophène : elle calme les douleurs intenses ou aigues.
  • Les antalgiques (paracétamol) et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ils diminuent les douleurs et l’enflure.
  • Les anti-arthrosiques symptomatiques à action lente : ce sont les médicaments comme le chondroïtine sulfate, le glucosamine, etc.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *