Crise de tachycardie : faut-il s’inquiéter ?

Coup de peine ; grosse frayeur ; surprise ; trop d’effort physique… Et c’est notre cœur qui s’emballe le premier ! Le cœur qui bat à la vitesse V, c’est une réaction normale lorsqu’on est prise par l’émotion. Mais, qu’en est-il du cœur qui bat trop vite sans aucune raison apparente, ce que l’on appelle la tachycardie ? Faut-il s’inquiéter ? Quelles en sont les causes ? Comment se manifeste-t-elle ? Existe-t-il des solutions pour réguler son rythme cardiaque normalement ?

Crise de tachycardie : faut-il s’inquiéter ?

La tachycardie : de quoi s’agit-il exactement ?

On parle de tachycardie lorsque le rythme cardiaque s’accélère rapidement et de manière anormale, sans effort. Dans le cas d’une tachycardie, le cœur bat trop vite et la fréquence cardiaque augmente considérablement par rapport à la normale. Habituellement, un cœur émet 60 à 90 pulsations par minutes. Dans le cas d’une tachycardie, le cœur peut effectuer plus de 100 pulsations, voire plus (150 à 200 pulses) en une minute.

Ce battement irrégulier du cœur peut être persistant ou passager. La crise tachycardie peut durer quelques secondes ou quelques minutes, sans trop de gravités. Toutefois, les crises peuvent durer plusieurs jours et s’accompagner de symptômes plus ou moins alarmants selon les causes et les types de tachycardie.

Quelles sont les causes qui peuvent provoquer cette crise tachycardie ?

Il existe différentes formes de tachycardie selon leurs causes :

  • La tachycardie sinusale : elle est due à une adaptation du cœur face à une situation particulière comme un effort physique, un manque d’oxygène, le stress, la panique, en cas de fièvre ou en buvant de substance excitante comme le café ou l’alcool.
  • La tachycardie supraventriculaire : elle se situe au niveau du nœud atrioventriculaire. Il y a la tachycardie jonctionnelle (de Bouveret), due à une anomalie d’un nœud situé dans le système électrique du cœur. Il y a la tachycardie atriale dont l’origine se situe au niveau de l’oreillette.
  • La tachycardie ventriculaire : elle apparait lorsque les contractions des ventricules s’accélèrent trop vite et ces derniers n’arrivent plus à pomper suffisamment de sang. Dans le cas d’une crise tachycardie ventriculaire ; il faut agir rapidement, car elle peut être mortelle.
  • La tachycardie par syndrome de Wolff-Parkinson-White : il s’agit également d’une anomalie congénitale du système électrique du cœur.
  • La tachycardie torsades de pointe : elle apparait souvent chez des personnes atteintes du syndrome du QT long, un trouble particulier du système électrique du cœur.
  • Le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP) : elle est due à certaines maladies comme le diabète ou la prise de certains médicaments. Elle se manifeste par une accélération du rythme cardiaque lorsque la personne se met en posture verticale (ou debout) prolongée.

Quels sont les symptômes de la tachycardie ?

Les symptômes de la tachycardie varient en fonction du type de tachycardie. Parfois, la tachycardie s’accompagne d’une absence totale de symptômes. Mais, la victime peut aussi ressentir des signes physiques troublants. Outre l’accélération brusque et anormale du rythme cardiaque au-delà de 100 pulses/min, elle peut être victime d’un malaise, de sensation de vertige, de palpitations suivies de grosse sueur, d’étourdissements, d’essoufflement, d’une fatigue, de douleurs thoraciques ou d’une perte de connaissance. Dans les cas plus graves, la tachycardie peut entraîner un AVC ou pire, un arrêt cardiaque mortel, si l’on n’agit pas vite.

Crise de tachycardie : que faire ?

Heureusement, une tachycardie traitement est possible. Afin de donner au patient le traitement adéquat, il faut l’interroger sur ses éventuels antécédents familiaux et sur les causes probables de la tachycardie. C’est seulement après interrogation qu’on effectue un diagnostic : prendre ses pouls et analyser sa fréquence cardiaque. Le patient subit alors une batterie d’examens :

  • Electrocardiogramme (ECG) ;
  • Échocardiographie ;
  • L’Holter ;
  • Examen électrophysiologique (EEP).

La victime doit suivre quelques traitements selon la nature et la cause de la tachycardie. Parfois, l’arythmie cardiaque traitement naturel consiste à changer les habitudes et le style de vie du concerné : réduire le café, bannir l’alcool, contrôler son stress, éviter certains médicaments, surveiller son alimentation. Certaines gestes toutes simples peuvent également calmer les palpitations : tousser, masser l’artère carotide au cou, faire une grande respiration, procéder à la manœuvre de Valsalva etc.

Toutefois, certaines formes de tachycardie nécessitent un traitement médical plus poussé afin de rétablir et de maintenir la fréquence cardiaque. Aussi, des médicaments comme les bêtabloqueurs, les anticalciques peuvent être prescrits par le cardiologue pour calmer ou arrêter la crise.

Si ces traitements sont inefficaces, le médecin peut appliquer une thermoablation par radiofréquence avec un défibrillateur pour provoquer un choc électrique ou encore par la pose d’un stimulateur cardiaque ou un pacemaker qui va surveiller et réguler automatiquement le rythme cardiaque.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *