Infection urinaire : tout savoir sur le dépistage

Les cystites sont sans aucun doute l’une des infections les plus redoutées par les femmes. Très fréquentes, plusieurs études ont démontré qu’une femme sur deux y est confrontée au cours de leur vie. Néanmoins, il existe des tests qui permettent aux personnes sensibles une détection assez rapide de ces infections. Mais attention, cela ne sous-entend pas qu’il ne faut plus aller consulter son médecin.

Infection urinaire : tout savoir sur le dépistage

Qui peut faire ce test ?

Ce test va à l’endroit de toutes les femmes sensibles aux infections urinaires. Il permet en cas de cystite récurrente de :

  • Détecter rapidement l’infection devant des symptômes plus ou moins particuliers ;
  • Vérifier systématiquement l’absence d’infection urinaire ;
  • Prévenir l’arrivée d’une infection asymptomatique ;
  • Contrôler l’absence définitive de bactéries après traitement.

Test d’infection urinaire : comment ça marche ?

Le test est fondamentalement basé sur la mesure de l’activité estérasique des leucocytes qui se multiplient lors d’un phénomène inflammatoire. En outre, le test mesure également la présence de nitrites dans l’urine. L’existence de celui-ci confirme la présence de germes (type Colibacilles) qui convertissent les nitrates en nitrites.

Les produits nécessaires à la réalisation du test

Au nombre des tests disponibles à la pharmacie, nous avons :

  • Uritest 2 (détection d’infection urinaire) : la boîte contient dix bandelettes. Avec 9 à 11 euros, vous allez pouvoir vous en procurer ;
  • Uritest (autodépistage à domicile de l’infection urinaire gravidique par bandelette) : la boîte contient 25 tests, ce qui voudra dire que lorsque vous utilisez un test tous les dix jours, une boîte pourra suffire à couvrir toute la période de la grossesse. Le prix varie entre 15 et 17 euros.

Il est important de retenir qu’on ne peut pas utiliser une bandelette plus d’une fois.

Uritest 2 pour détecter une infection urinaire : comment procéder ?

L’usage de Uritest 2 est très simple :

  • Prendre les urines matinales ;
  • Immerger la bandelette ;
  • Une bandelette mesure deux paramètres à savoir les leucocytes et les nitrites, cela grâce à des échelles de couleur. Les résultats peuvent être douteux, négatifs ou positifs. Au cas où les deux paramètres seraient positifs, consultez votre médecin, car il y a suspicion d’infection urinaire ; aucune infection n’est à signaler (vérifié à 98%) lorsque les deux sont négatifs.; réessayez le test le jour suivant si vous remarquez que les deux sont différents. Si ça ne marche toujours pas, rapprochez-vous de votre médecin.

Le test Uritest destiné à la détection de l’infection urinaire chez les femmes enceintes mesure deux autres paramètres de plus. Il s’agit des protéines et du glucose. Le mode d’emploi n’est pas différent de celui exposé ci-dessus.

Quelques conseils pour éviter les récidives d’infections urinaires

Il n’existe, certes, pas de solutions miracles, mais avec une hygiène de vie irréprochable, on peut bien dire à dieu aux cystites. Nos conseils :

  • Prendre assez d’eau : boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau par jour fait partie des moyens les plus certains pour éviter une infection urinaire.
  • Ne pas se retenir lorsque l’envie d’uriner se fait ressentir et le faire aussi complètement afin d’éviter la prolifération d’éventuelles bactéries.
  • Uriner après chaque rapport sexuel : uriner après les rapports sexuels permet de chasser les bactéries. Celles qui constatent la survenance des épisodes de cystite après les parties de jambes en l’air sont les plus concernées par cette habitude.
  • Choisir les meilleurs sous-vêtements : si vous êtes assujetti aux cystites récurrent, éviter le port de vêtements trop serrés ou ajustés (les strings, par exemple). Ceux-ci à cause de la transpiration favorisent la multiplication des microbes.
  • Adopter le geste qu’il faut aux toilettes : après avoir uriné ou déféqué, prenez l’habitude de vous essuyer d’avant (du vagin) en arrière (vers l’anus) et non l’inverse.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *