La névrite vestibulaire et la labyrinthite : tout savoir

La névrite vestibulaire et la labyrinthite sont des affections à l’origine d’une inflammation de l’oreille interne et/ou du nerf vestibulaire qui relie l’oreille interne au cerveau. Ces affections sont la plupart du temps, le fait d’une infection virale et impliquent des vertiges, des étourdissements, un déséquilibre, et parfois des difficultés à voir ou entendre.

nevrite vestibulaire

Les causes de la névrite vestibulaire et de la labyrinthite

Les causes les plus courantes de névrite vestibulaire et de labyrinthite sont les infections virales (la grippe ou l’herpès), qui provoquent le zona et la varicelle. La labyrinthite bactérienne peut survenir après une infection non traitée ou d’une méningite (rare).

Les infections qui causent la névrite vestibulaire et la labyrinthite peuvent disparaître sans traitement en quelques semaines. Si l’oreille interne est vraiment affectée et que le cerveau n’arrive pas à s’adapter, les malaises peuvent devenir chroniques.

Les symptômes de névrite vestibulaire et de labyrinthite

Un  cerveau sain recevra dans les mêmes délais des messages envoyés par les deux oreilles en bon état. Si  l’une des oreilles est affectée, les messages de ce dernier sont déformés, provoquant des vertiges, des étourdissements et des vomissements.

Une brusque sensation de vertige intense et constante associée à des nausées invalidantes qui exigent que vous vous reposiez est la principale caractéristique d’une névrite. D’autres malaises comme les vomissements, un déséquilibre, une incapacité de concentration et  des difficultés visuelles lui sont associés.

Contrairement à la névrite qui n’affecte que l’équilibre de l’oreille interne, la labyrinthite perturbe aussi l’appareil auditif et/ou le nerf qui communique les influx nerveux  sous forme de messages au cerveau.

La labyrinthite peut donc entraîner un bourdonnement ou une perte auditive. Les symptômes peuvent varier de modérés à aigus, certaines personnes préférant rester au lit. Les malaises surviennent le plus souvent au réveil le matin.

Après quelques jours, vous pouvez généralement commencer à bouger, mais vous vous sentirez étourdi et facilement empreint de fatigue. Consultez votre médecin généraliste si vous présentez ces symptômes.

Établir le diagnostic

Pour diagnostiquer ces affections, votre médecin généraliste examinera vos antécédents médicaux, ainsi que vos symptômes. Il vous demandera peut-être de faire des mouvements de tête ou de corps. Il vérifiera aussi si vos oreilles présentent des signes d’infection et d’inflammation.

Votre praticien fera également un examen de vos yeux. S’ils papillonnent sans arrêt, c’est sûrement le signe d’une défaillance de votre nerf vestibulaire. A la suite de l’examen physique, il vous donnera son verdict.

Le traitement

Dans les premiers stades de la maladie, un traitement avec des anti-inflammatoires (corticostéroïdes) et aux antibiotiques (si votre affection est causée par une infection bactérienne) est de première intention pour la neuronite vestibulaire.

Ensuite, des médicaments pour atténuer le vertige ainsi que les nausées et les vomissements peuvent être prescrits.

Le traitement d’une labyrinthite se fera en fonction de l’agent causal. Si les symptômes persistent, un spécialiste peut prescrire des exercices de rééducation du nerf vestibulaire pour entraîner le cerveau à s’adapter et interpréter les messages déformés.

La vie avec la maladie

Il est important de poursuivre les exercices à la maison aussi longtemps qu’ils vous sont conseillés. Continuez à bouger afin d’accélérer l’adaptation, malgré les malaises. Buvez beaucoup d’eau (peu et souvent) pour éviter de vous déshydrater si vous avez des nausées. Pour mieux supporter les vertiges et étourdissements :

  • Évitez l’alcool
  • Éloignez-vous des lumières vives
  • Réduisez le bruit autour de vous
  • Évitez de conduire, d’utiliser des outils, des machines ou de vous mettre en hauteur
  • Réduisez au maximum vos sorties dans les supermarchés et les centres commerciaux.

Quand vos malaises deviendront moins pesants, commencez à augmenter vos activités tout doucement. Vous pourrez débuter par du jardinage (en famille), des randonnées.

Si vous craignez de ne pas être assez fort(e) pour sortir, vous pouvez vous faire accompagner d’une personne de confiance. Une fois passés les pires moments de la maladie, une activité physique plus intense vous aidera à vous rétablir, même si elle paraîtra désagréable au début.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *