Odeur vaginale : que penser ? Que faire ?

Saviez-vous que toutes les femmes sont particulières ? Sans doute, car cela est dû à l’odeur de leur vagin. En réalité, chaque femme a une odeur vaginale particulière. Bien entendu, cette dernière est susceptible de changer, et ce, en fonction du cycle vaginal.

Ainsi, lors des menstrues par exemple, cette odeur peut tendre vers l’acide. Ne vous en faites donc pas, car cela est tout à fait normal. Toutefois, vous devez pouvoir distinguer votre odeur normale d’une mauvaise odeur. En réalité, cela est souvent le signe d’une maladie. Que faut-il faire en ces cas ? Suivez !

odeur vaginale

Que retenir des odeurs ?

La première chose que vous devez garder à l’esprit en ce qui concerne l’odeur du vagin, c’est qu’elle est tout à fait naturelle. En réalité, le vagin est un organisme qui doit obligatoirement abriter certains organismes qui lui sont bénéfiques. Ce sont donc ces micro-organismes qui constituent la flore vaginale.

Cette flore vaginale est essentiellement composée d’un organisme appelé lactobacille. C’est ce dernier qui se charge de sauvegarder l’acidité dans le vagin et qui a pour rôle principal de préserver et de défendre le vagin contre certaines infections. Ainsi, lorsque ces organismes changent, l’odeur vaginale en fait de même.

Pourquoi de mauvaises odeurs ?

Comme déjà mentionnées, les odeurs vaginales ne sont pas les mêmes tout le temps. Ces dernières changent. Ces changements sont généralement causés par deux situations. Il y a l’infection bactérienne et l’infection parasitaire.

  • La vaginose bactérienne

Cette infection est généralement causée par une bactérie que l’on appelle Gardnerella Vaginalis. Bien entendu, cette dernière est normalement présente dans le vagin, ce qui laisse supposer qu’elle se multiplie normalement. Toutefois, il n’est pas rare qu’elle le fasse anormalement.

Dans un tel cas, sa présence est prépondérante dans le vagin, contrairement aux autres bactéries. Dans un tel cas, elle occasionne une mauvaise odeur vaginale, qu’on qualifie communément de « poisson pourri ».

  • La trichomonase

Il s’agit ici de l’infection parasitaire mentionnée plus haut. Dans ce cas, sachez d’emblée qu’il s’agit d’une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Toutefois, il n’y a rien d’alarmant dans ce cas, car il est possible de la soigner facilement.

Les facteurs de risque et les symptômes

Avant tout, vous devez retenir que la mauvaise odeur du vagin n’est qu’un symptôme parmi tant d’autres des infections. C’est pourquoi vous devez faire particulièrement attention à certaines manifestations. Toutefois, il faudrait d’abord connaître les différents facteurs de risque desdites infections.

Les facteurs de risques

Les facteurs de risque des odeurs vaginales, et par conséquent des infections sont éparses. Cependant, vous devez principalement faire attention à votre hygiène (mauvaise hygiène ou hygiène anormalement excessive), mais aussi aux antibiotiques que vous prenez.

Il est également important que vous ne vous trouviez pas stressé en permanence ou que vous soyez en proie à une fistule rectovaginale. Le cancer du vagin et celui du col de l’utérus peuvent également provoquer une mauvaise odeur du vagin.

Les autres symptômes

Les symptômes de ces infections sont également de plusieurs ordres. Ainsi, en dehors de l’odeur mauvaise du vagin, vous pouvez être sujette à des brûlures, à l’apparition de certaines rougeurs, ou aux sensations de douleur. De plus, il n’est pas rare dans ces cas, de subir des démangeaisons ou des pertes anormales provenant du vagin.

Quels sont les traitements dans le cas d’une mauvaise odeur ?

La première chose que vous devez faire, lorsque vous remarquez un changement d’odeur du vagin, c’est de consulter un médecin. Ce dernier se chargera d’effectuer un prélèvement vaginal pour déterminer le type d’infection. Dans tous les cas, le traitement se basera uniquement sur la prise d’antibiotiques.

Toutefois, s’il s’agit d’une trichomonase, le traitement devra être également administré à votre partenaire sexuel. Vous l’aurez sans doute compris, ce type d’infection touche particulièrement les femmes sexuellement actives et qui ont plusieurs partenaires de ce côté-là.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *