Rectite : comment soigner cette maladie ?

Mis à part les hémorroïdes, il existe d’autres maladies qui s’attaquent à la zone de l’anus, du rectum et du gros intestin. Malheureusement, à l’image de toutes les affections qui prennent pour cible cette zone, les conséquences sont souvent une grande gêne et une réduction de la qualité de vie. À travers cet article, nous vous proposons d’aller à la découverte de la rectite et des traitements à utiliser pour en guérir.

Rectite : comment soigner cette maladie ?

Qu’est-ce que c’est que la rectite ?

Dans le mot rectite, il y a le mot « rectum » et « rectal ». La rectite est alors une inflammation de la muqueuse du rectum. Cette affection fait généralement suite à une infection aux maladies sexuellement transmissibles, à une maladie intestinale inflammatoire ou encore à une radiothérapie.

Il s’agit en réalité, d’une maladie assez grave, qui doit être traitée avec beaucoup d’attention, puisque les conséquences sont lourdes. Notons que les personnes sujettes à cette maladie sont pour la plupart des homosexuels, ou des hétéros pratiquant le sexe anal.

Quelles sont les causes de la rectite ?

Les causes de la rectite sont multiples et variées. On peut les classer dans deux catégories à savoir : les causes d’origines inflammatoires ou encore les causes d’origine infectieuse.

En ce qui concerne les causes d’origine inflammatoire, elles regroupent toutes les maladies qui peuvent causer une inflammation des intestins. C’est l’exemple des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), comme la maladie de Crohn ou encore la rectocolite hémorragique (RCH).

Pour les causes d’origine infectieuse, elles impliquent une contamination du rectum avec des bactéries, telles que : le Chlamydia trachomatis, le gonocoque, l’herpès, les Infections sexuellement transmissibles, etc.

Par ailleurs, il existe une dernière catégorie de causes qui n’est liée à aucune des deux catégories sus-citées. Celle-ci regroupe les effets secondaires des traitements médicaux, les conséquences désastreuses de la radiothérapie, le nettoyage du rectum à l’eau oxygéné ou encore, l’utilisation des suppositoires.

Quels sont les symptômes et le diagnostic de la rectite ?

Les personnes affectées par la rectite éprouvent généralement une gêne au niveau de l’anus. Ceci se manifeste par une fausse envie d’aller déféquer (ténesme), une émission de glaire anale, de gaz et une hémorragie du rectum. Il peut également arriver qu’on retrouve :

  • Du sang dans les selles du sujet atteint ;
  • Des douleurs abdominales ;
  • Des douleurs au rectum ;
  • Une grande gêne (perte de la qualité de vie), etc.

En ce qui concerne le diagnostic, il est très facile à réaliser. Le médecin procèdera soit par rectoscopie ou sigmoïdoscopie, soit en faisant des examens pour vérifier si vous avez des maladies sexuellement transmissibles.

Pour cela, il doit constater la présence d’une inflammation de la muqueuse rectale. Pour avoir une confirmation, il peut toujours adopter la seconde option en faisant des examens, qui lui permettront de déterminer la présence ou non d’infection sexuellement transmissible.

Soulignons ici qu’une coloscopie peut être envisagée, afin d’éliminer tout soupçon de maladie intestinale inflammatoire.

Comment soigner et prévenir la rectite ?

Il est très facile de soigner la rectite. D’ailleurs, le traitement se fera en fonction de la cause de votre maladie. Si celle-ci est infectieuse, il vous sera prescrit des antibiotiques pour lutter efficacement contre les microbes et éviter la proctite.

En revanche, si la rectite est d’origine inconnue ou inflammatoire, optez plutôt pour des suppositoires de dérivés salicylés. À cela, il faut toujours ajouter des traitements oraux, recommandés par le médecin.

Au pire des cas, il est utilisé un traitement à base de corticoïdes oraux, des immunosuppresseurs ou encore immunomodulateurs. Notons ici que le traitement doit s’arrêter après la cicatrisation de la muqueuse anale.

Savoir ce qu’il faut faire pour guérir de la rectite n’est pas suffisant. Il vous faudra également éviter d’en contracter. Pour cela, faites attention à vos partenaires sexuelles et protégez-vous en cas de doute.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *