Assurance moto : quelles formules choisir ?

La quasi-totalité des véhicules doivent être assurés. De ce fait, il est obligatoire d’établir une assurance moto deux-roues conformément à l’article L211-1 du code des assurances. Cette assurance est valable également pour les cyclomoteurs, les quads ou encore les scooters. L’intérêt de cette souscription est d’assurer l’indemnité des dommages en cas d’accident. Il faut souligner que l’assurance moto peut se contenter de cette garantie ou en rajouter d’autres.

Quelles sont les formules de l’assurance moto ?

Les compagnies d’assurance proposent trois formules différentes, adaptables à sa volonté et à son budget :

  • L’assurance au tiers : c’est la plus basique des assurances. Elle est la moins chère de toutes, c’est pour cette raison d’ailleurs qu’elle est la moins protectrice bien qu’elle couvre ce qu’on appelle communément  » la responsabilité civile « . Cette dernière sert, en cas d’accident, à couvrir les dommages autant physiques que matériels qui seraient causés par le motard. En revanche, du fait de sa non cherté, elle ne prend en charge ni le motard ni sa moto.
  • Formule intermédiaire : c’est une espèce de version améliorée de l’assurance tiers dans la mesure où elle prend en charge la responsabilité civile mais permet aussi de recourir à d’autres garanties comme celles contre le vol ou les incendies. Par conséquent, le motard cotise davantage dans le cadre de ce type d’assurance.
  • Assurance tous risques : c’est la plus chère des assurances au vu des avantages qu’elle présente. Elle prend toutes les couvertures préalablement citées en y adjoignant la garantie du motard. En cas d’accident, tous les dommages matériels ou physiques que subirait le conducteur des deux-roues sont pris en charge par cette assurance.

Quels risques encourus en cas d’une non assurance ?

Ne pas assurer son deux-roues peut aboutir à des sanctions sévères comme le paiement d’une amende s’élevant jusqu’à 2500 euros et des peines de tout genre comme les travaux d’intérêts général ou carrément le suspension de permis.

En cas d’accidents en l’occurrence, c’est le motard lui-même qui prend en charge le financement de tous les accidents occasionnés, à la fois corporels et matériels.

Il est, par conséquent, absurde de penser que ne pas payer ces charges d’assurance permettrait au conducteur de faire des économies. Si sinistre il y a, la facture peut être au contraire rudement salée et les conséquences peuvent être très graves. Cela peut conduire même à une peine d’un an d’emprisonnement

Si le conducteur ne bénéficie pas d’un salaire suffisant pour souscrire une assurance moto, il peut utiliser des comparateurs de prix mutuelle afin de trouver l’assurance la moins chère et qui s’adapte à son budget.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *