Maladie de Crohn symptômes : toutes les informations nécessaires

La fragilité de l’organisme humain l’expose continuellement à de nombreux maux aussi singuliers les uns que les autres. Dans ce cas-ci, nous vous présentons la maladie de Crohn, cette pathologie qui touche tous les individus de tout âge. À travers ses symptômes et ses causes, nous vous donnerons quelques astuces pour la traiter.

Maladie de Crohn symptômes

Maladie de Crohn cause : tout ce que vous devez savoir

Caractérisée par une affection chronique due à la présence d’une inflammation chronique des voies gastro-intestinales, la maladie de Crohn se localise le plus souvent dans les intestins. Elle constitue même l’une des maladies inflammatoires chroniques les plus fréquentes. Semblable à la colite ulcéreuse, elle peut aussi toucher n’importe quelle partie du circuit digestif à partir de la bouche jusqu’à l’anus. Elle se remarque seulement la plupart du temps dans l’iléon (l’intestin grêle) et le gros intestin. Selon les formes observées régulièrement, ce n’est qu’au bout de 30 ans que la maladie de Crohn se diagnostique clairement. Cependant, elle affecte tous les âges et tout type d’individu. Mais ne vous inquiétez pas ! Elle ne représente pas une pathologie mortelle même si elle dure pour toute la vie à partir du moment de son apparition. Quant aux causes, les études réalisées ne permettent pas de les spécifier clairement. Mais certains médecins l’associent aux problèmes ci-après :

  • Une auto-destruction de l’appareil digestif due à un dérèglement de ses défenses naturelles ;
  • La destruction des tissus du corps par les mêmes organes immunitaires de l’organisme chargés de le protéger contre les corps étrangers ;
  • Une origine héréditaire de la maladie ;
  • La présence d’une bactérie ou d’un virus dans le corps, ce qui crée les lésions initiales de la paroi du tractus gastro-intestinal.

Symptôme maladie de Crohn : quelques idées

La maladie de chrome se distingue par des signes bien particuliers. Pour éviter des complications graves, vous devez donc consulter immédiatement un médecin ou votre pharmacien. Généralement, le mal commence par des douleurs abdominales ou des diarrhées après les repas. Voici quelques autres symptômes qui doivent vous interpeller :

  • La perte de l’appétit ;
  • La perte soudaine de poids corporel ;
  • De fréquentes crampes abdominales ;
  • De la fatigue récurrente et de la fièvre ;
  • Un saignement rectal ;
  • L’apparition de sang dans les selles ;
  • Une sensibilité au toucher de l’abdomen ou un gonflement.

À part ces symptômes, vous pouvez aussi remarquer d’autres signes de la maladie de Crohn qui ne touche pas directement l’appareil digestif. Voici quelques exemples :

  • Des douleurs articulaires ;
  • Une inflammation oculaire ou les yeux rouges ;
  • De l’anémie en phase active de la maladie ;
  • Des problèmes cutanés.

Si vous ne prenez pas les mesures assez tôt, la maladie de crohn pourrait entrainer des complications majeures. Voici les principaux signes d’une phase grave de l’affection :

  • Une inflammation permanente de l’intestin ;
  • Un système immunitaire complètement déréglé ;
  • Une obstruction partielle de l’intestin, ce qui génère des vomissements et de la constipation ;
  • Une mauvaise absorption des aliments ;
  • L’apparition de fistules, de lésions qui perforent le tractus gastro-intestinal ;
  • Des fissures anales très douloureuses ;
  • Des infections et un risque accru de cancer colorectal ;
  • Une inflammation des yeux ou de la bouche ;
  • Un retard de croissance chez les enfants.

Maladie de Crohn traitement : les soins nécessaires

Comme souligné plus haut, la maladie de Crohn ne se guérit pas définitivement et vous n’y trouverez alors pas de remède. Cependant, de nombreux soins restent disponibles afin de soulager la douleur et de maitriser les symptômes. Voici donc quelques solutions :

  • Les médicaments de corticostéroïdes, dont le budésonide, l’hydrocortisone et la prednisone sur le court terme ;
  • Des agents modifiant le système immunitaire comme l’azathioprine, le 6 -mercaptopurine et le méthotrexate sur le long terme ;
  • Des antibiotiques comme le métronidazole et la ciprofloxacine ;
  • Des inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF) ;
  • La sulfasalazine qui constitue un médicament anti-inflammatoire ;
  • Un bon régime alimentaire.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *