TSH ultra sensible : que devez-vous savoir ?

Pour réguler le niveau de sécrétion des hormones thyroïdiennes, savez-vous qu’une production d’une autre hormone s’effectue à l’arrière du crâne ? Eh bien, oui ! Encore appelée la thyréostimuline ou TSH, elle intervient dans une série de boucles hormonales. Pour mieux comprendre le processus, retrouvez ici tous les éléments nécessaires.

TSH ultra sensible : que devez-vous savoir ?

TSH ultra sensible définition : que devez-vous savoir ?

Pour commencer, retenez que la thyréostimuline représente une glycoprotéine de l’hypophyse qui joue le principal rôle de stimuler la sécrétion des hormones thyroïdiennes. Pour ce faire, elle agit de façon permanente sur les cellules de la glande thyroïde. Mais dans ce processus de production, une soumission à une régulation s’applique avec la présence de différents autres facteurs comme la TRH (Thyrotropin Releasing Factor) et les hormones thyroïdiennes elles-mêmes. Considérées comme les principaux acteurs de la chaine, ces dernières assurent de diverses fonctions dont : la digestion, la température, la fatigue, la fertilité, etc. Dès que le niveau de TSH secrété s’élève, une production excessive d’hormones thyroïdiennes s’observe. À l’inverse, lorsque le TSH baisse, les hormones thyroïdiennes deviennent insuffisantes.

Savez-vous pourquoi le dosage de la TSH parait si important ? En effet, il représente un indicateur spécial qui permet de révéler la présence de toute maladie thyroïdienne. Grâce à elle, vous pourrez donc détecter une hyper ou une hypothyroïdie, et contrôler l’évolution d’une maladie thyroïdienne ainsi que l’effet du traitement adopté. Voici quelques autres symptômes qui requièrent un dosage de la TSH ultrasensible :

  • Des signes qui révèlent des problèmes thyroïdiens comme la sécheresse cutanée, la frilosité, la crampe, le manque d’énergie, l’insomnie récurrente, un état dépressif, etc. ;
  • La présence d’un goitre chez des patients de tout genre ;
  • Le diagnostic d’une maladie auto-immune dont le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde ;
  • La prise de médicaments qui restent susceptibles d’entraîner un dérèglement partiel ou total de la thyroïde ;
  • Au cours d’un bilan médical pour les femmes de plus de 50 ans ou de tout patient souffrant de dyslipidémie ou d’hypertension artérielle.

TSH ultra sensible haute : le dosage

Pour prélever de la thyréostimuline à partir de sang veineux, le patient doit rester dans certaines conditions nécessaires pour la réussite du dosage qui suivra. Ainsi, l’opération doit se dérouler en matinée, à jeun et sans aucun autre traitement en cours, car certains médicaments peuvent modifier les effets attendus. Après l’analyse effectuée toutes les 6 à 8 semaines, le dosage sanguin commence avec des méthodes ultrasensibles associées à des hormones T3 et T4. Ceci permet notamment d’étudier les hyper et l’hypothyroïdie, de détecter des TSH très basses et de limiter les tests de stimulation. Si vous voulez suivre également le traitement des dysthyroïdies, ce dosage sanguin reste une excellente option. Voici quelques informations sur les différentes variations possibles :

  • Les valeurs normales de TSH se notent en millième d’unité internationale par litre de sang (mUI/L) et s’estiment entre 0,2 et 4 mUI/l ;
  • Les variations physiologiques de TSH évoluent au niveau de chaque individu en fonction des estimations liées à son âge, de la prise d’autres médicaments ou de la présence d’une grossesse ;
  • Un taux de TSH très bas estimé à TSH < 0,5 mUI/L témoigne d’une surproduction d’hormones qui freine la sécrétion de TSH même ;
  • Un taux de TSH élevé évalué à TSH> 5 mUI/L signifie que la thyroïde ne produit plus aucun effet.

TSH ultra sensible élevé : comment soigner la thyroïde ?

Pour prendre soin de sa thyroïde, vous devez commencer par changer votre hygiène de vie et quelques habitudes. Voici quelques conseils qui vous aideront dans ce sens :

  • Adoptez une alimentation équilibrée et riche en iode (poissons, laitages) : ceci joue un grand rôle dans le fonctionnement, le développement et la régulation de certains organes du corps.
  • Surveillez les périodes à risques comme l’adolescence, la grossesse et la vieillesse.
  • Évitez toute consommation abusive du tabac ou de l’alcool : ceci peut avoir une influence négative sur la glande thyroïde.
  • Limitez également le stress afin de préserver votre système immunitaire.

Vous pouvez continuer avec d'autres articles :

Camille Roche
Je suis tombé dans l’univers high-tech assez jeune, j’ai donc une soif de connaissances que j’aurais le plaisir de vous dévoiler. Je suis assez polyvalent et je m’attaque aussi à l’immobilier et même au bricolage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *