TSH ultra sensible : que devez-vous savoir ?

Innastudio.com » Santé » TSH ultra sensible : que devez-vous savoir ?

Pour réguler le niveau de sécrétion des hormones thyroïdiennes, savez-vous qu’une production d’une autre hormone s’effectue à l’arrière du crâne ? Eh bien, oui ! Encore appelée la thyréostimuline ou TSH, elle intervient dans une série de boucles hormonales. Pour mieux comprendre le processus, retrouvez ici tous les éléments nécessaires.

TSH ultra sensible : que devez-vous savoir ?

TSH ultra sensible définition : que devez-vous savoir ?

Pour commencer, retenez que la thyréostimuline représente une glycoprotéine de l’hypophyse qui joue le principal rôle de stimuler la sécrétion des hormones thyroïdiennes. Pour ce faire, elle agit de façon permanente sur les cellules de la glande thyroïde. Mais dans ce processus de production, une soumission à une régulation s’applique avec la présence de différents autres facteurs comme la TRH (Thyrotropin Releasing Factor) et les hormones thyroïdiennes elles-mêmes. Considérées comme les principaux acteurs de la chaine, ces dernières assurent de diverses fonctions dont : la digestion, la température, la fatigue, la fertilité, etc. Dès que le niveau de TSH secrété s’élève, une production excessive d’hormones thyroïdiennes s’observe. À l’inverse, lorsque le TSH baisse, les hormones thyroïdiennes deviennent insuffisantes.

Savez-vous pourquoi le dosage de la TSH parait si important ? En effet, il représente un indicateur spécial qui permet de révéler la présence de toute maladie thyroïdienne. Grâce à elle, vous pourrez donc détecter une hyper ou une hypothyroïdie, et contrôler l’évolution d’une maladie thyroïdienne ainsi que l’effet du traitement adopté. Voici quelques autres symptômes qui requièrent un dosage de la TSH ultrasensible :

  • Des signes qui révèlent des problèmes thyroïdiens comme la sécheresse cutanée, la frilosité, la crampe, le manque d’énergie, l’insomnie récurrente, un état dépressif, etc. ;
  • La présence d’un goitre chez des patients de tout genre ;
  • Le diagnostic d’une maladie auto-immune dont le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde ;
  • La prise de médicaments qui restent susceptibles d’entraîner un dérèglement partiel ou total de la thyroïde ;
  • Au cours d’un bilan médical pour les femmes de plus de 50 ans ou de tout patient souffrant de dyslipidémie ou d’hypertension artérielle.

TSH ultra sensible haute : le dosage

Pour prélever de la thyréostimuline à partir de sang veineux, le patient doit rester dans certaines conditions nécessaires pour la réussite du dosage qui suivra. Ainsi, l’opération doit se dérouler en matinée, à jeun et sans aucun autre traitement en cours, car certains médicaments peuvent modifier les effets attendus. Après l’analyse effectuée toutes les 6 à 8 semaines, le dosage sanguin commence avec des méthodes ultrasensibles associées à des hormones T3 et T4. Ceci permet notamment d’étudier les hyper et l’hypothyroïdie, de détecter des TSH très basses et de limiter les tests de stimulation. Si vous voulez suivre également le traitement des dysthyroïdies, ce dosage sanguin reste une excellente option. Voici quelques informations sur les différentes variations possibles :

  • Les valeurs normales de TSH se notent en millième d’unité internationale par litre de sang (mUI/L) et s’estiment entre 0,2 et 4 mUI/l ;
  • Les variations physiologiques de TSH évoluent au niveau de chaque individu en fonction des estimations liées à son âge, de la prise d’autres médicaments ou de la présence d’une grossesse ;
  • Un taux de TSH très bas estimé à TSH < 0,5 mUI/L témoigne d’une surproduction d’hormones qui freine la sécrétion de TSH même ;
  • Un taux de TSH élevé évalué à TSH> 5 mUI/L signifie que la thyroïde ne produit plus aucun effet.

TSH ultra sensible élevé : comment soigner la thyroïde ?

Pour prendre soin de sa thyroïde, vous devez commencer par changer votre hygiène de vie et quelques habitudes. Voici quelques conseils qui vous aideront dans ce sens :

  • Adoptez une alimentation équilibrée et riche en iode (poissons, laitages) : ceci joue un grand rôle dans le fonctionnement, le développement et la régulation de certains organes du corps.
  • Surveillez les périodes à risques comme l’adolescence, la grossesse et la vieillesse.
  • Évitez toute consommation abusive du tabac ou de l’alcool : ceci peut avoir une influence négative sur la glande thyroïde.
  • Limitez également le stress afin de préserver votre système immunitaire.

La glande thyroïde qui se situe dans le cou sécrète deux hormones très importantes pour le corps humain, la T3 et la T4. Etant donné que cette glande ne peut pas juste sécréter ces substances indéfiniment, un contrôle s’impose ! C’est ainsi qu’une autre hormone fabriquée par une glande du cerveau appelée l’anté-hypophyse ou la glande pituitaire vient contrôler la sécrétion de T3 et T4 : cette hormone s’appelle la TSH ultra sensible.

La définition de la TSH ultra sensible ainsi que son mécanisme d’action sont simples : si les hormones thyroïdiennes sont trop basses, celle-ci stimule la thyroïde pour qu’elle sécrète plus d’hormones (D’ailleurs TSH signifie Thyroid Stimulating Hormone, en Anglais). Au contraire, si la thyroïde fabrique trop d’hormones, ces dernières vont exercer ce qu’on appelle un feed-back négatif sur la TSH, c’est-à-dire qu’elles la bloquent, elles lui disent en quelque sorte « on a ce qu’il faut, tu peux arrêter de stimuler« .

Que signifie un taux de TSH ultra sensible élevé ?

Vous l’aurez certainement compris : le taux de TSH ultra sensible et celui des hormones thyroïdiennes sont inversement proportionnels : une TSH ultra sensible haute correspond à des hormones thyroïdiennes basses ( le plus souvent en tous cas, il existe de rares cas où les deux vont de mèche, mais nous n’avons pas envie de vous compliquer la lecture, on se tiendra alors aux cas les plus fréquents).

Un taux de TSH élevé signifie une T3 et une T4 basses, et définissent donc ce qu’on appelle une hypothyroïdie, c’est-à-dire que la thyroïde fonctionne insuffisamment, ce taux de TSH élevé peut avoir plusieurs conséquences :

  • Une frilosité.
  • Une lenteur et un ralentissement idéo-moteur.
  • Une prise de poids.
  • Une dépression.
  • Une apnée du sommeil.
  • Un syndrome du canal carpien.
  • Une constipation.
  • Une peau sèche et des cheveux cassants.
  • Une aménorrhée : cela veut dire que la femme n’a plus ses règles.

La thyroïde ayant globalement comme rôle d’accélérer les différents métabolismes et autres fonctions cognitives, une baisse de régime ralentirait le corps.

Que signifie une TSH basse et quels sont ses symptômes ?

Contrairement à l’hypothyroïdie, une TSH basse signifie que les hormones thyroïdiennes sont trop élevées, que la thyroïde fonctionne un peu trop, cela définit ce qu’on appelle l’hyperthyroïdie.

Les symptômes de l’hyperthyroïdie s’opposent presque point par point à ceux de l’hypothyroïdie. Ainsi, lorsque la thyroïde fonctionne trop, la combustion métabolique globale augmente, en résulte comme une accélération de toutes les différentes fonctions de l’organisme. Par exemple, on peut retrouver :

  • Une diarrhée.
  • Des palpitation.
  • Une excitation ainsi qu’une irritabilité excessive.
  • Une insomnie.
  • Une perte de poids très importante : d’ailleurs, certaines personnes consomment des hormones thyroïdiennes justement pour maigrir.
  • Une transpiration excessive même en température basse.
  • Des bouffées de chaleur.

Le dosage de la TSH ultra sensible nécessite des prises de sang, et une fois le diagnostic posé, le traitement est assez simple :

  • Dans l’hypothyroïdie : on donnera directement les hormones thyroïdiennes qui manquent.
  • Dans l’hyperthyroïdie : on donnera des anti thyroïdiens de synthèse, qui bloquent l’action des hormones de la thyroïde.
(1 votes, Moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...