Comment soigner la goutte ? Identification et traitement

Innastudio.com » Santé » Comment soigner la goutte ? Identification et traitement

L’acide urique est un déchet organique issu de la destruction de cellules mortes. Plusieurs tests permettent de déterminer sa concentration dans le sang et dans l’urine. Lorsque cette concentration est trop importante, cela peut présager de certaines affections telles qu’une insuffisance rénale ou une maladie de la goutte. À l’origine de nombreux dérèglements physiques et métaboliques, la goutte peut être traitée et prévenue à travers une bonne régulation de l’alimentation.

Comment soigner la goutte ? Identification et traitement

La goutte : une affection aux conséquences délétères

La goutte est une forme d’arthrite inflammatoire provoquée par une forte concentration d’acide urique dans le sang ou hyperuricémie. L’acide urique est une substance qui vient après que les différents aliments que nous mangeons soient digérés et finalement métabolisés, généralement dissous dans le sang et rejetés dans l’urine. Des taux d’acide urique sériques exceptionnellement élevés sont dus à :

  • Une réduction de l’élimination de l’acide urique par les reins (cause la plus courante) ;
  • Des quantités excessives d’aliments riches en purine (viande rouge, fruits de mer, bouillons de cube, poisson séché…) et/ou d’alcool ;
  • Une forte production d’acide urique par l’organisme.

La goutte touche plus les hommes que les femmes. Généralement, elle survient chez les hommes d’âge moyen, chez les femmes ménopausées. La maladie est rare chez les jeunes, mais elle est souvent plus grave chez les personnes qui connaissent une croissance accélérée avant l’âge de 30 ans. Les résultats cliniques ont pu démontrer que plus les hommes sont âgés, moins ils peuvent éliminer l’acide urique des reins, mais les femmes sont capables de le faire par des effets hormonaux jusqu’à la ménopause.

Reconnaître une crise de goutte

Chez les patients atteints de goutte, l’acide urique dans le sang est élevé, ce qui se transforme en cristaux. Ces derniers s’installent dans les articulations et provoquent une inflammation. Sur la durée, l’arthrite goutteuse est plus susceptible de développer une hyperlipémie plus sévère. Les patients eux, peuvent connaitre des crises de goutte récurrentes marquées par de vives douleurs aux articulations (le gros orteil surtout), des réactions inflammatoires, des sensations de brûlure, des rougeurs, une sensation de froid, etc.

Si la goutte n’est pas traitée à temps, la maladie peut induire une destruction des articulations avec des complications systémiques telles qu’une maladie métabolique chronique et une insuffisance rénale.

Quelques précautions contre la maladie de la goutte

Si vous voulez éviter la goutte douloureuse, il vous faudra notamment :

  • Réduire votre masse grasse et vos calories en surveillant votre alimentation ;
  • Oublier les aliments riches en purine (la viande rouge et les fruits de mer notamment) et d’autres aliments tels que les pois, les haricots secs, les sardines, les crevettes, le foie, le ris de veau ;
  • Limiter si possible la prise régulière d’alcool et de médicaments comme les diurétiques et l’aspirine ;
  • Prévenir ou soigner efficacement l’hypertension, l’obésité – l’hypercholestérolémie dont les développements incluent la maladie de la goutte…

Comment traiter une crise de goutte ?

Plutôt que d’attendre une crise de goutte avant de réagir, il est recommandé à toute personne bien portante d’effectuer des tests urinaires de façon fréquente. C’est le meilleur moyen de détecter une maladie  et d’évaluer le bon fonctionnement des reins. Si le niveau d’acide urique est anormalement élevé au cours de l’examen physique, veillez à le surveiller régulièrement et en cas de douleurs articulaires, consultez immédiatement un traitement médical.

Comme traitement, les spécialistes prescrivent de la cortisone ou des inhibiteurs de l’interleukine-1 (Kineret) pour soulager les inflammations propres à la goutte. Des médicaments prophylactiques quotidiens comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être également nécessaires pour les personnes souffrant de crises récurrentes. Ils servent à prévenir les cristaux responsables de l’inflammation et des convulsions.

 

1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...